Author Archives: ecoquet

Premiers pas sur scène

La vie est joueuse. La vie aime te coincer dans un ascenseur émotionnel et entre deux étages, entrouvrir les portes et te glisser un souvenir qui t’arrache un sourire tout en te faisant briller un peu trop les yeux. Comme celui-ci par exemple :

Mais qu’est-ce donc te demandes-tu en te grattant la tête, ami lecteur. (Comme si on se grattait vraiment la tête lorsqu’on réfléchit…) Bref ! Il s’agit de l’affiche du tout premier spectacle de théâtre dans lequel j’ai joué (et on oublie les spectacles de fin d’année de l’école primaire, s’il-vous-plaît-merci-beaucoup-z’êtes-gentils).

Cela se passait en mai 1998. C’était à Toulouse. J’avais 17 ans. Quelques mois plus tard, je devais intégrer une école d’ingénieurs sur Lyon… Mais à ce moment-là, je jouais dans « les Bâtisseurs d’empire ou le Schmürz » de Boris Vian…

From 2016 with love

Je vais commencer cette nouvelle année par… un bilan. Celui de mes lectures sur l’année 2016. (Cela faisait longtemps que je n’avais pas fait de liste de livres lus… mouah ah ah !)

Commençons avec une première liste non-exhaustive de 28 romans :

- Dieu et nous seuls pouvons de Michel Folco
- Svastika de Junichirô Tanizaki
- Le chant de Kali de Dan Simmons
- Soie d’Alessandro Baricco
- Mr Gwyn d’Alessandro Baricco
- En avant comme en avant de Michel Folco
- Même le mal se fait bien de Michel Folco
- Le jeu des perles de verre de Hermann Hesse
- Le cheval pâle d’Agatha Christie
- A l’hôtel Bertram d’Agatha Christie
- Jeux de glaces d’Agatha Christie
- Nous autres d’Eugène Zamiatine
- Les belles personnes de Simone de Beauvoir
- La huitième couleur (Les annales du disque-monde – tome 1) de Terry Pratchett
- Frankie Addams de Carson McCullers
- Le huitième sortilège (Les annales du disque-monde – tome 2) de Terry Pratchett
- Hiver arctique d’Arnaldur Indridason
- Une histoire vraie de Delphine de Vigan
- Rue des Boutiques Obscures de Patrick Modiano
- Oreiller d’herbe de Natsumé Sôseki
- Le Paradis – un peu plus loin de Mario Vargas Llosa
- Tout ce que j’aimais de Siri Hustverdt
- Shosha d’Isaac Bashevis Singer
- L’homme-dé de Luke Rhinehart
- Le chat, son maître et ses deux maîtresses de Junichirô Tanizaki
- Elégie pour un Américain de Siri Hustvedt
- Réparer les vivants de Maylis de Kerangal
- La septième fonction du langage de Laurent Binet

Non-exhaustive car il faut y ajouter 10 romans de Simenon :

Le chat
- Maigret et les témoins récalcitrants
- M. Gallet décédé
- Marie qui louche
- Maigret et son mort
- Un nouveau dans la ville
- Le passage du Polarlys
- Les suicidés
- Les témoins
- Trois chambres à Manhattan

Ainsi que les 2 derniers tomes de la Recherche de Proust : Albertine disparue et Le temps retrouvé.

Soit 40 romans !

Ajoutons également 6 (auto)biographies, témoignages et journaux intimes :

- Berthe Morisot, le secret de la femme en noir de Dominique Bona
- Les yeux nus de Claire de Colombel
- Le carnet d’or de Doris Lessing
- Mariage en douce, Gary et Seberg d’Ariane Chemin
- S. ou L’espérance de vie d’Alexandre Diego Gary
- Henry et June d’Anaïs Nin

Un peu de théâtre avec 7 pièces ou recueils de pièces :

- Race de David Mamet
- Comment vous racontez la partie de Yasmina Reza
- Dix pièces courtes d’Israël Horovitz
- John a disparu et autres pièces courtes d’Israël Horovitz
- La Reine morte de Montherland
- Contrôle d’identité – Mode d’emploi – Burnout d’Alexandra Badea
- La forêt d’Alexandre Ostrovski

Quelques contes et nouvelles avec les 3 recueils suivants :

- Fantômes du Japon de Lafcadio Hearn
- Les Contes merveilleux de Hermann Hesse
- Le Tatouage et autres récits de Junichirô Tanizaki

1 bande-dessiné de quelques centaines de pages avec Chroniques de Jérusalem de Guy Delisle. Et enfin, 1 inclassable, classique des classiques : L’Iliade d’Homère

Soit… Roulements de tambour… Un total de 58 livres lus. Sans compter un certain nombres de numéro du magazine XXI, de son p’tit cousin 6 Mois et un nombre non négligeable de numéros du Canard Enchaîné.

Ce bilan est quelque peu inférieur à ceux que j’ai pu faire ici et surtout . Tout au long de cette année 2016, j’ai régulièrement pesté contre le manque de temps… Beaucoup de travail, pas assez de temps pour lire, buller, laisser le temps filer… L’année 2017 s’annonce un chouïa compliquée. Mais restons légers !

Qu’est-ce que je retiens de ces lectures de 2016 ?
J’ai découvert la vie de Berthe Morisot courant janvier grâce à la biographie de Dominique Bona… Et au mois de septembre, je participais comme modèle-vivant au tournage d’un documentaire sur cette artiste peintre, seule femme du mouvement impressionniste si injustement laissée dans l’ombre. Son réalisateur : Klaas Bens. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que j’ai hâte de découvrir le résultat. D’ailleurs, la galerie photo Tournages de ce site a été enrichi de quelques photos, dont l’une, publiée initialement sur Instagram (oui, mon compte est « privé », mais tu as toujours la possibilité de t’abonner ami lecteur…)

(Ce ne sont d’ailleurs pas les seules mises à jour qui viennent d’être effectuées : ami lecteur, je t’invite à découvrir une ou deux photos des 30 Ans d’Orsay – ici – et de la nouvelle création de théâtre de rue de la Compâgnie Cîrconflexe, intitulée La guerre est finie).

J’ai également découvert Terry Pratchett (parfait pour se détendre), Modiano (bof) et Siri Hustverdt (LA découverte de 2016 !). J’ai eu un aperçu de la littérature japonaise avec Natsumé Sôseki et surtout, Junichirô Tanizaki (et je pense que je vais avoir l’occasion d’approfondir ma connaissance de Tanizaki sur 2017).
Du côté des classique, en dehors de Proust dont j’ai terminé la Recherche (victooooire !), j’ai renoué avec Homère par la lecture de L’Iliade, Homère dont j’avais lu L’Odyssée ado.
Enfin, petite mention à Simenon que j’aime toujours autant, à Henry et June d’Anaïs Nin qui m’a remuée et à La septième fonction du langage de Laurent Binet, roman policier fort original à l’érudition décalée… Parfait pour terminer 2016 !

Et puis… en ce 1er janvier, je lis :

Let the Sunshine in

Nouvelle catégorie d’articles sur ce blog pour lequel il semble bien que je sente comme un regain d’envie d’écriture : les « Perles » !… Et pas n’importe quelles perles, mais celles croisées dans les annonces de castings. J’en ai déjà relevées quelques-unes, jusqu’à présent classées dans la catégorie « Bidules ». Mais aujourd’hui, je me dis qu’elles méritent d’être mieux mises en lumière.

Et cela commence avec une recherche d’actrice/journaliste pour laquelle le client exige qu’elle soit…
« Réellement authentique »…
…et « un vrai rayon de soleil » !

Personnellement, voilà qui me laisse réellement rêveuse…

Orsay a 30 ans !

Tout ce week-end, le Musée d’Orsay fêtait ses 30 ans d’existence. Les festivités ont débuté vendredi à 19h avec une soirée « Carte Blanche » donnée au chorégraphe José Montalvo…
…Et il se trouve que j’ai eu le plaisir et l’honneur de participer à cette soirée en tant que modèle-vivant. La preuve en image ! Lis bien le programme qui suit ami lecteur, mon nom apparaît dans la « liste des artistes participants au spectacle »… (Mouah ah ah !)

Je l’avoue, avant de participer à ce projet, je ne connaissais pas José Montalvo, pourtant ex-directeur de Chaillot et nouveau directeur de la Maison des Arts de Créteil (ah là là…) Mais ce fût une très belle rencontre, tout comme celle de l’ensemble des artistes présents, que ce soient les danseurs, les musiciens ainsi que les huit autres modèles-vivants.

Ce projet aura également été l’occasion de travailler au sein de la Maison des Arts de Créteil et bien sûr, de passer plusieurs soirée au Musée d’Orsay, un musée vide de tout visiteur. Quel luxe !

Petite mention à Lise, « attachée d’administration et de production » de la MAC et parfaite assistante de José pour l’organisation de… tellement de choses en fait !… Ainsi qu’à Delphine, assistante chorégraphique qui nous a poussé à donner plus et mieux. De belles personnes, un projet dont nous sommes tous fiers, de bons retours de la part du public et de l’émotion… Que demander de plus ?

Ah oui : du repos.
(Sauf qu’il aura fallu attendre ce dimanche puisque samedi après-midi, Cîrconflexe présentait Le trésor des bonimenteurs sous les verrières de la Halle Roublot, à Fontenay-sous-Bois, dans le cadre du Marché de Noël d’artisans d’art organisé par l’association Les Amis de la Halle Roublot. Hé, hé…)

Code ROME : an error has occured

Sur le site de M. Paul Emploi, il est possible de paramétrer et d’enregistrer des recherches de taf et de recevoir les résultats par mail, chaque jour. Prise par l’engouement lié à la rentrée, j’ai récemment réactivé une recherche liée à mon activité de modèle-vivant (toi aussi, fais du zèle pour te donner bonne conscience…)

Premier critère pour définir cette recherche : le code ROME (pour Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois). Viennent ensuite des critères tels que le type d’emploi (CDI, CDD, etc.) et la localisation géographique (ah ! on en apprend des choses ici !)

Mais revenons-en au code ROME. L’activité de modèle-vivant est regroupée avec d’autres activités (comme celle de… mannequin ! waouh !… hum… moui, bon… passons…) sous le code L1102 (« Manequinnat et pose artistique »).

Sauf que je crois bien que certains employeurs ont quelques soucis dans le paramètrage de leur annonce. Parce que depuis que j’ai réactivé ma recherche, j’ai reçu plusieurs annonces de ce type-là…

« Modèle (Code Métier ROME L1102)
BNP Paribas recherche pour son service Inspection Centrale – Filière « Marchés / Modèles » situé à Paris un(e) : Inspecteur Marchés Modèles H/F. Vos missions en tant qu’inspecteur marchés modèles… » Bla bla bla…

Hum…

Je vais passer mon tour.

La rentrée ?… Quelle rentrée ?…

Ah là, là. Chaque année depuis sept ans maintenant, c’est la même chose : Cîrconflexe passe toute une partie de l’été sur les routes et lorsque le mois de septembre pointe le bout de son nez, les écoliers reprennent le chemin de l’école et que l’on ouvre le journal, que l’on allume la radio ou que l’on attrape une conversation au vol, un leitmotiv : C’EST LA RENTREE !

Pfui.

Z’êtes relous.

Ceci étant, cette année, faisons contre mauvaise fortune bon coeur… Or qui dit rentrée, dit nouveaux livres ! J’ai donc eu le plaisir d’aller dépenser un bon cadeau offert mi-juin par l’un des groupes de théâtre amateur que la Compâgnie Cîrconflexe anime sur Vincennes. Au programme : beaucoup de théâtre (Israël Horovitz et Yasmina Reza) et un peu de littérature américaine (Siri Hustvedt). Chic. (Et merci encore à mes généreux donateurs d’ailleurs…)

Allez. C’est pas tout ça, mais demain, c’est la 30e Journée des Associations vincennoises. De théâtre amateur, il va en être question : stand 76, sur l’esplanade de la Mairie, de 10h à 18h. Mouah ah ah.

Un jour à Boulogne

Mercredi, journée de boulot boulonnaise. (Et dire que je suis à mon maximum…)
Reprenons.
Journée de poses pour une série de trois cours de dessin de trois heures chacun. Et… Les élèves m’ont fait rire. Enfin… Au début surtout. Parce que neuf heures, cela pique un peu tout de même…

Le moment où un radiateur a failli voler…
Le prof : On change !
Une élève : Tant mieux !
Remarque n°1 : « On change ! » pour « Pourriez-vous avoir l’amabilité de changer de pose ? »
Remarque n°2 : Evidement, hors de question de me passer du radiateur. Chacun – radiateur, modèle et élève – est donc resté sain et sauf.

Et un tout petit peu plus tard, d’une autre partie de la salle…
Une élève : J’essaie de comprendre comment le modèle est foutu…
Une autre élève : Bien.

Ah ! Très bonne réponse ! Merci !… ;)

Sur les chapeaux de roues !

31 janvier, 19h et des poussières. C’est officiel, nous sommes bel et bien dans les toutes dernières heures autorisées par l’usage pour souhaiter la bonne année… Et encore, si tu ne lis pas ce message d’ici minuit, ami lecteur, ce sera en quelque sort loupé. Je pinaille, je pinaille…

Alors ce mois de janvier ?

Comme chaque année, très chargé du côté de Cîrconflexe du fait d’une attaque administrative de grande envergure en règle : clôture comptable de l’année écoulée, préparation de l’Assemblée Générale annuelle, dossier de demande de subvention à déposer auprès de la Mairie de Vincennes… et j’en passe…

Ajoutons à cela le lancement d’une nouvelle création de rue et cela devient un petit peu n’importe quoi. Tiens, d’ailleurs, à propos de cette nouvelle création, intitulée La guerre est finie, une collecte de financement participative est en cours jusqu’au 22 février inclus sur la plateforme KissKissBankBank. Cette collecte a atteint les 70% des 2500€ visés hier, ce qui est déjà très bien, mais pas encore suffisant. Alors on garde le cap et on communique…

Et sinon ? La compagnie Ladgy Prod, portée par la talentueuse Ghislaine Laglantine, présente actuellement à l’Aktéon sa nouvelle création : Le loup qui voulait être un mouton, spectacle de marionnettes sans paroles pour les enfants dès 2 ans. Je l’ai vu (deux fois… sans compter le tout premier filage, j’suis fière), j’ai ri (à chaque fois) et j’ai trouvé ça beau (idem). Je ne saurai donc trop vous encourager à y aller, avec ou sans enfants.

Mais… Mais ? Oui, oui, oui, j’ai déjà parlé de Ladgy Prod sur ce blog : ici. Et p’t'être bien que ces temps-ci, je lui donne même un coup de main à ma copine Ghislaine côté diffusion. Ben oui, il me restait du temps. Euh. Bon, bref, j’y retourne : de futurs KissBankers Cîrconflexiens à convaincre… Et bonne année !

Bilan trimestriel… et bilan annuel !

Je vais être honnête avec toi ami lecteur, les listes me rassurent. Et en premier lieu les listes de choses à faire. Parce que, même si elles ont souvent tendance à être longue, très longue, beaucoup trop longue… (surtout lorsqu’elles sont chapeauté de la date du jour et qu’il faut également penser à manger et à dormir…) elles me permettent d’y voir plus clair, de hiérarchiser (j’y arrive de mieux en mieux, ce qui est plus que vitale lorsque l’on se pique de maintenir à flot une compagnie de théâtre que la paperasse menace parfois d’engloutir) et de donc de gérer le stress (ça aussi j’y arrive de… euh…)

Les listes ont aussi cet intérêt qu’elles permettent parfois de mesurer le chemin parcouru. Et côté lecture, j’aime bien ça… Et puis, garder une trace, tout ça.

Or, en ce 2 novembre 2015, il est temps de donner le bilan de mes lectures de ces trois derniers mois… et de faire le compte du nombre de bouquins sur les douze derniers mois. Alors… Du 1er août au 31 octobre, après avoir terminé le 17 août Sexus d’Henry Miller (entamé le 17/07), j’ai trimballé dans mon sac :

Plexus d’Henry Miller (roman) : 17/08-28/08
Nexus d’Henry Miller (roman) : 28/08-31/08
La mort s’invite à Pemberley de P.D. James (roman) : 31/08-03/09
Trois femmes grandes d’Edward Albee (théâtre) : 01/09-01/09
Cinq gars pour Singapour de Jean Bruce (roman) : 04/09-05/09
Délicate balance d’Edward Albee (théâtre) : 04/09-04/09
Le sens de ma vie de Romain Gary (entretien) : 05/09-05/09
Chronique d’hiver de Paul Auster (roman) : 06/09-10/09
Chronique japonaise de Nicolas Bouvier (récit de voyage) : 10/09-17/09
Alice au pays des merveilles suivi de De l’autre côté du miroir de Lewis Caroll (roman) : 17/09-19/09
Le rapport de Brodie de Jorge Luis Borges (nouvelles) : 21/09-21/09
La prisonnière, tome 5 de La Recherche de Proust (roman) : 22/09-04/10
La Maison et le Zoo d’Edward Albee (théâtre) : 05/10-05/10
La pensée de Léonide Andréiev (nouvelle) : 06/10-06/10
Temps glaciaires de Fred Vargas (roman) : 06/10-18/10
Désir sous les ormes d’Eugène O’Neill (théâtre) : 09/10-09/10
Long voyage du jour à la nuit d’Eugène O’Neill (théâtre) : 10/10-15/10
Le baiser de la veuve, suivi de Le premier d’Israël Horovitz (théâtre) : 15/10-17/10
Vers les étoiles de Léonid Andréiev (théâtre) : 18/10-18/10
Le collier rouge de Jean-Christophe Rufin (roman) : 18/10-19/10
Le petit livre des couleurs de Michel Pastoureau et Dominique Simonnet (entretien) : 19/10-20/10
Journaux de voyage d’Albert Camus (récit de voyage) : 20/10-24/10
Adieu Berthe de John Murray et Allen Boretz, adaptation d’Albert Husson et Francis Blanche (théâtre) : 23/10-24/10
Ekatérina Ivanovna de Léonid Andréiev (théâtre) : 24/10-25/10
Transit d’Henry Miller (théâtre) : 27/10-28/10
Le deuil sied à Electre d’Eugène O’Neill : 29/10-30/10
Et de la nuit 439 à la nuit 528… (Plus que 473…)

Du 1er novembre 2014 au 31 octobre 2015, voilà ce que cela donne :
- 39 romans
- 11 ouvrages de théâtre
- 3 essais
- 5 récits et/ou romans autobriographiques
- 2 recueils de nouvelles… et 1 nouvelle toute seule !
- 2 entretiens
- 2 récits de voyage

Soit 65 ouvrages et 144 Nuits… Ce qui se tient avec le bilan des douze mois précédents. Et bien me voilà parfaitement rassérénée.